Hommage à un génie.

Publié le 6 Décembre 2016

Hommage à un génie.

     Dimanche dernier, Marcel Gottlieb, plus connu sous le pseudonyme de Gotlib nous a quittés...

J'ai ressenti une vive émotion à l'annonce de cette disparition...

Ce génie de la bande dessinée a égayé une grande partie de mon existence...

Au début des années soixante dix, mon grand frère me ramenait régulièrement Pilote (Mâtin quel journal !) dont une des publications phare était la célèbre "Rubrique à Brac" dessinée par un certain Gotlib. Plus tard, la R.A.B. fut publiée sous forme d'albums par les éditions Dargaud pour mon plus grand bonheur...

Dès le plus jeune âge, grâce à Gotlib, j'ai réalisé que la déconnade pouvait être élevée au rang des beaux-arts... Les fous rires déclenchés par la lecture de la Rubrique-à-brac resteront à jamais des souvenirs d'enfance inoubliables. Je me souviens précisément d'une crise de rigolade déclenchée un soir par le gag du kinésithérapeute du tome 4 de la rubrique à brac ! Cette explosion de rire nocturne dans mon lit réveilla mon père qui dormait dans la chambre voisine. La persistance d'éclats de rire incontrôlables malgré ses récriminations, déclencha chez lui une colère homérique qui échoua pourtant à éteindre cette hilarité incoercible ! La seule chose qui parvint à  juguler ce rire quasi convulsif fut une sorte d'épuisement musculaire associé à des douleurs sous costales qui gênaient l'inspiration profonde ! Ce cas n'est pas isolé :  L'exposé du Professeur Burp sur le cochon, le paresseux, la girafe et le zèbre eurent les mêmes effets... Au collège je partageais cette passion de la R.A.B. avec trois potes : nous connaissons par cœur les cinq tomes et ne manquions jamais une occasion de placer telle ou telle réplique dans nos conversations et dans nos interventions en classe, plongeant nos professeurs dans un profonde perplexité qui nous ravissait !  

          L'auteur de dessins capables de provoquer de telles manifestations mérite tout simplement le titre de génie bienfaiteur de l'Humanité ! 

         Par ailleurs ce virtuose de la rigolade pouvait aussi faire preuve de poésie. Les aventures de l'élève Chaprot par exemple évoquent cette poésie de l'enfance avec une force capable d'émouvoir grands et petits. Je pense également à cette très subtile évocation de ses années d'occupation pendant lesquelles, pour échapper aux rafles il était caché dans une ferme où il confiait ses états d'âme d'enfant à la chèvre qu'il devait garder... 

 Gotlib m'a aussi éveillé très tôt à la notion de "non-sens"... Avec le Rubrique à brac, l'enfant que j'étais a rapidement découvert que l'absurde était source d'immenses possibilités... Non seulement on ne devait pas le craindre, mais on pouvait le rechercher, le cultiver, et le magnifier... Ses albums sont parsemés de situation loufoques, surréalistes, source de jeux de mots, de quiproquos, de situations burlesques. Il maniait le second degré, les répétitions délirantes, le décalage permanent avec une telle virtuosité que quarante ans plus tard je redécouvre des détails qui m'avaient échappé. Cette découverte de l'univers de Gotlib m'a permis d'accueillir avec joie  les Monthy Python, Pierre Desproges, les Nuls et autres monuments de l'humour décalé. Dès que l'on y est initié, quel bonheur de repérer et de rechercher avidement ce précieux ingrédient chez nombre d'auteurs. dans la bande dessinée, bien sûr, mais aussi chez les écrivains. Je pense que je dois à Gotlib ce goût pour l'absurde qui me guide encore dans mes choix littéraires... 


 

  La coccinelle, le Professeur Burp, Issac Newton, l'élève Chaprot et Super Dupont, personnages récurrents de l'oeuvre de Gotlib font partie de mon univers personnel et il ne se passe pas de semaine sans qu'une situation ne me rappelle un des gags désopilants où ils évoluent...

     Il y a quelques années, j'ai plus ou moins désigné le Gastéruption à Javelot comme insecte fétiche, sorte de fil rouge de mes publications...Peut on y voir une lointaine réminiscence de la Coccinelle de Gotlib, sorte de mascotte graphique dont les interventions en bas de case venaient étoffer le propos général ? .. J'aime à penser qu'il s'agit là d'une énième manifestation de l'influence de Gotlib dans mon imaginaire... 

        Gotlib vient donc de rejoindre mon Panthéon personnel, où au rayon bande dessinée il rejoint Goscinny et Franquin... 

     Alors les aminches, je tenais par ce petit article à témoigner de ma reconnaissance éternelle envers un auteur qui m'a procuré et me procure toujours d'inoubliables moments de bonheur...

        Hommage soit rendu à son génie ! 

      RIP Marcel !

Rédigé par ait

Publié dans #Rubrique éclectique, #Divers

Repost 0
Commenter cet article