UNE VICTIME MÉCONNUE DES GRANDES INVASIONS.

Publié le 8 Avril 2017

Balamer cherchant désespérément un brin d'herbe après la bataille des Champs Catalauniques. (Document authentique gracieusement fourni par l'association L214.)

Balamer cherchant désespérément un brin d'herbe après la bataille des Champs Catalauniques. (Document authentique gracieusement fourni par l'association L214.)


Selon la tradition, guidé par le vent, Balamer, le cheval d'Attila, mena son maître vers la mythique épée de Tengri, le dieu suprême des steppes. Mal lui en prit. Les grands conquérants sont parfois inconséquents : Dès qu'il eut déterré l'arme divine, le Chef des Huns s'empressa de la brandir en déclamant la célèbre sentence : 

"Là où passe mon cheval, l'herbe ne repousse plus !" 

Suite à cette terrible déclaration, dans l'impossibilité de trouver la moindre touffe d'herbe pour se sustenter après d'épuisantes chevauchées, la pauvre bête mourut de faim dans d'atroce souffrances...

 
 
 

Rédigé par Philippe LEBOUCHER

Publié dans #Incongruités historiques.

Repost 0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article