Zen rural.

Publié le 30 Septembre 2016

Souvent le rural se chauffe au bois... Mais le bois de chauffage a cette particularité qu'il ne daigne pas monter pas tout seul dans le poêle. Il exige donc l'exécution d'un grand nombre d'opérations entre le moment où il est coupé et celui où, l'hiver venu, il brûle en dispensant cette douce chaleur baignée d'une lumière si apaisante, réconfort absolu durant la saison froide...

On a coutume de dire qu'avec le bois de chauffage, on se réchauffe plusieurs fois ! En particulier quand arrive le moment où l'on doit fendre le bois...

Cette activité n'est pas sans revêtir une certaine brutalité. Elle consiste à projeter d'un geste vif les quelques centaines de gramme de métal acéré d'un outil nommé "merlin" sur un billot de bois afin de le réduire en bûches. Fréquemment, les bûches sont violemment projetées à plusieurs mètres, ce qui peut comporter certain risque pour d'éventuels spectateurs. Cette fragmentation facilite la dessiccation du bois et permet une combustion optimale le moment venu.

Zen rural.

Pourtant, cette opération peut être plaisante car s'y adonner permet de faire fonctionner ses muscles sans l'intervention du cortex cérébral : on peut donc s'y adonner tout en laissant vagabonder ses pensées...

Ce faisant il est également loisible d'écouter sa musique préférée...Depuis quelques années de petits appareils performants, aisément transportables permettent de diffuser sur son lieu de travail nos musiques préférées. C'est l'option que j'ai choisie en ce jour de Saint Michel 2016 où je m'apprête à fendre les plus gros morceaux de frêne coupés au printemps dernier.

J'ai dépensé un temps précieux à sélectionner soigneusement les disques qui correspondaient le mieux à la fois à mon humeur et à la tâche à venir.

Une fois cette sélection opérée, je me suis concocté un programme musical idéal savourant à l'avance l'ambiance musicale de ma matinée de travail. Privilégiant les univers sonores les plus aptes à accompagner ma tâche de ce jour, j'ai opté pour un savant mélange de Cold Wave avec The Cure, Bauhaus et Joy Division, de Jazz avec "The Köln Concert" de Keith Jarrett et de classique contemporain avec le Te Deum d'Arvo Pärt...

Un beau soleil éclaire mon lieu de travail d'une belle lumière d'automne, baigné d'une douce chaleur...Je branche l'appareil, lance le disque de The Cure live de 1984, qui transmet l'énergie nécessaire à la mise en route. Plus tard j'enchainerai avec "Closer" de Joy Division, puis la compilation de Bauhaus...Plus tard, en fin de matinée, j'opterai pour d'autres ambiances, plus apaisées....Les improvisations de Keith Jarrett, puis les choeurs d'Arvo Pärt, accompagneront l'édification du tas de de bûches fraichement fendues...

Zen rural.

Le temps s'écoule lentement. L'exercice physique, la satisfaction du travail achevé, le plaisir de voir le tas de bûches monter progressivement, le tout baigné d'une musique sublime ...

Ainsi s'installe, à peu de frais un moment de pure harmonie...

Ainsi le rural, fendant son bois, accède-t-il à la sérénité...

Zen rural.

Rédigé par Philippe LEBOUCHER

Publié dans #Vie rurale

Repost 0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article