L'Echo des sept routes N°39 : Le boomerang des Gaulois et autres incongruités historiques

Publié le 21 Février 2016

La Normandie et les archéologues n'ont pas fini de nous étonner.

Dernier exemple en date sur Archéoblog, consultable à l'adresse suivante : http://archeo.blog.lemonde.fr/2014/09/17/les-gaulois-amateurs-de-boomerang/#more-1227 . Sur la plage d’Urville-Nacqueville, sur la côte nord du Cotentin, qui était vraisemblablement à l’époque gauloise un important port d’embarquement pour les Îles Britanniques, des archéologues ont découvert au milieu d’autres artefacts typiquement gaulois, un bâton plat et légèrement coudé qui après analyse daterait de quelques décennies avant la conquête romaine et s’avère être un boomerang. Un spécialiste a étudié l’objet et en a fabriqué une réplique qui confirme les premières impressions des découvreurs. L’examen de cette pièce de bois issue d’une branche de poirier naturellement cintrée montre que la personne qui l’a fabriquée l’a habilement taillée afin de lui apporter une remarquable stabilité en vol. La taille et le poids du bâton d’Urville Nacqueville sont tout à fait compatibles avec la chasse aux oiseaux ce que corrobore la nature des ossements retrouvés sur le site en question.

Nous avons certainement là le premier exemplaire de l’arme décrite par le géographe grec Strabon, qui le premier mentionna un bâton volant que les Gaulois utilisaient pour chasser les oiseaux.

Le bâton de jet découvert sur la plage d'Urville-Nacqueville (Manche)

Le bâton de jet découvert sur la plage d'Urville-Nacqueville (Manche)

Suite à cette étonnante découverte, on se dit que tout est désormais possible et on se prend à rêver aux prochaines révélations fracassantes que l’archéologie normande ne manquera pas de nous réserver :

Peut être pourra bientôt lire un article intitulé : «Les études en laboratoire le confirment, le disque de bois retrouvé dans l’épave du drakkar n’était pas une assiette : Les Vikings de Rollon étaient bien des fans de frisbee !»

Ou encore le compte rendu suivant : "Un fragment perdu de la Tapisserie de Bayeux récemment mis au jour montre les chevaliers de Guillaume le Conquérant disputant une partie acharnée de beach-volley en attendant une brise favorable pour s’embarquer vers Hastings. Les Ours de Bayeux menés par Odon de Conteville, frère de Guillaume et évêque de Bayeux ont d’ailleurs infligé une sévère correction aux Loups de Coutances de Geoffroy de Montbray, 73 à 12. L’impartialité de l’arbitre ayant été à maintes reprises contestée, des échauffourées ont eu lieu parmi les spectateurs qui ont causé la mort de quatre hommes d’armes. Par bonheur il ne s’agissait là que de fantassins, ce qui ne donna donc lieu à aucune sanction notable. La levée d’un vent favorable apaisa considérablement les esprits et tout le monde se réconcilia dans une chaleureuse manifestation d'esprit sportif, avant de se hâter vers les navires."

Rien n’interdit non plus de lire un jour  : « Un manuscrit oublié révèle que les moines du Mont Saint Michel jouaient fréquemment à Pacman pour tromper l’ennui durant les longues soirées d’hiver. »

Et pourquoi pas : « Un kytesurf intact retrouvé dans l’épave d’un navire corsaire au large de Granville » ?

Et enfin : « Marie Harel est restée célèbre pour avoir inventé la recette du Camembert, mais des documents miraculeusement retrouvés dans sa maison de Vimoutiers ont révélé que nous lui devons aussi la mise au point du premier skate-board. »

Il va sans dire que toute l'équipe de L'écho des sept routes se tient constamment à l'affût afin de relayer dans les plus brefs délais toute nouvelle de cette nature.

Rédigé par Philippe LEBOUCHER

Publié dans #Rubrique éclectique, #Incongruités historiques.

Repost 0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article