L'Echo des sept routes N°31 : Le nez dans les étoiles.

Publié le 8 Août 2015

L'Echo des sept routes N°31 : Le nez dans les étoiles.

Chers lecteurs,

Un petit numéro spécial pour vous suggérer de passer quelques minutes à scruter le ciel dans les jours qui viennent. En effet durant les prochaines nuits il est annoncé de nombreuses averses. J'entends déjà les esprits chagrins ronchonner contre les affres du climat océanique tempéré dont bénéficie ma chère Normandie. Mais cette fois il s'agit de pluie d'étoiles filantes. En effet, chaque été entre le 20 Juillet et le 25 Aout, notre petite planète traverse une zone de l'espace qui est un véritable nuage de météores. Ces météores sont constitués par un myriade débris issus de la comète Swift Tuttle qui met cent trente ans à parcourir son orbite autour du soleil en y parsemant des milliers de petits débris dont certains sont de la taille d'un petit pois Tous ceux qui croisent notre trajectoire se désintègrent en pénétrant dans notre atmosphère à 210 000 km/h, provoquant une trainée lumineuse dans notre ciel nocturne, connue sous le nom d'étoile filante. Le maximum de ce phénomène se situe en général entre le 10 et le 15 Aout et on estime que 100 000 tonnes de ces minuscules corps célestes se consument chaque annéesdans les plus hautes couches de notre atmosphère !

Ce phénomène spectaculaire a été observé depuis fort longtemps puisqu'on en a des mentions depuis près de deux mille ans.

Détail qui m'est cher, cette était autrefois connu sous le nom de "Larmes de Saint Laurent". Saint Laurent est un martyr, mort supplicié sur un grill et qui est fêté le 10 Aout. Par un de ces hasards que nous réserve l'existence, Saint Laurent est le saint patron de mon village natal, mais aussi de celui où je réside depuis quinze ans.

Cette année, les astronomes prédisent une nuit fort riche en météorites observables du fait de l'absence de de la Lune dont la lumière n'occultera pas les traces lumineuses des météorites. Cette pluies de météores devrait être maximale un peu avant le lever du Soleil le 13 Aout prochain. Il est indispensable pour en observer le plus grand nombre de s'éloigner de toute lumière artificielle. Et c'est certainement là le plus difficile pour les plus grand nombre de contemporains. La pollution lumineuse nocturne est malheureusement en constante progression et gêne considérablement l'observation des étoiles, filantes ou non. La campagne est donc le lieu idéal pour s'adonner à cette observation et je ne m'en prive pas :

Je sais par expérience que les crétins ruraux partagent avec les marins d'Amsterdam le privilège de pouvoir pisser le nez dans les étoiles.

La meilleure zone du ciel pour une observation maximale se situe dans la constellation de Persée. Cette constellation n'est pas forcément facile, à repérer, mais on peut s'aider du grand "W" formé par Cassiopée, facilement repérable lui en direction du nord est à 50 ° au dessus de l'Horizon : logiquement, la constellation de Persée se situe en peu en dessous. Et c'est de là que paraitront surgir les étoiles filantes. Pour mémoire, l'année dernière l'observation la plus riche recensait 68 météores par heures. Ce chiffre change chaque année et a pu monter jusqu'à 450 par heure certaines années. Les estimations pour cette année se situent entre 70 et 100 météores par heure. Voilà de quoi réaliser un bon paquet de voeux, si l'on en croit la tradition !

Alors pour pouvoir observer un maximum d'étoiles filantes, quittez les villes et leur éclairage urbain pour vous allonger une nuit dans l'herbe à la campagne, afin que le plus grand nombre de vos voeux se réalisent à grande échelle. Même si vous ne voyez pas d'étoiles filantes, ce sera l'occasion d'admirer la voute céleste, spectacle merveilleux quelque que soit la période de l'année.

Rédigé par Philippe LEBOUCHER

Publié dans #Sciences

Repost 0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article